Il n’y a pas qu’à Lens que Mammadov joue à « Kachkar »

Il n’y a pas qu’à Lens que Mammadov joue à « Kachkar »

Photo Icon Sport

Mais à quoi joue Hafiz Mammadov ? Même Gervais Martel, le président du RC Lens ne semble pas en mesure de répondre. Car après s’être difficilement maintenu en Ligue 1, voici que le RCL se retrouve interdit de recrutement, de nouveau à cause de son propriétaire qui n’a pas versé les quatre millions d’euros promis à la DNCG. Une affaire qui rappelle étrangement celle de l’OM en 2007, lorsque l’homme d’affaire canadien Jack Kachkar s’était engagé à racheter le club phocéen, avant de disparaître. Mais si l’on en croit La Voix du Nord, Mammadov, lui, aurait une bonne raison d’agir ainsi. Car en réalité, ce dernier aurait de graves problèmes financiers causés par une dette de 12,3 millions d’euros. Difficile dans ces conditions d’aider Lens, et de tenir ses engagements auprès de Sheffield Wednesday, le club anglais qu’il était sur le point de racheter. En attendant, l’actuel propriétaire et président du club Milan Mandaric commence à perdre patience.

« Malgré un travail important des deux côtés, M. Mammadov n’a pas encore réussi à prendre le contrôle du club, a regretté Mandaric dans un communiqué sur le site officiel de son club. Nous continuons à discuter et nous espérons que ses problèmes en Azerbaïdjan seront bientôt résolus. Durant notre dernière rencontre à Londres, il m’a assuré qu’il souhaitait toujours acheter Sheffield Wednesday. Mais il y a un moment où je devrai mettre fin aux négociations afin de garantir la stabilité du club. » Si Sheffield Wednesday peut se permettre d’oublier Mammadov, le RC Lens est en revanche dépendant de son propriétaire en difficulté.

Share