OL-OM : Le Monchi du Calvados s’attaque à Aulas et Labrune

OL-OM : Le Monchi du Calvados s’attaque à Aulas et Labrune

Photo Icon Sport

Ces derniers temps, Jean-Michel Aulas et Vincent Labrune ont rarement été sur la même longueur d’ondes, c'est le moins que l'on puisse dire.

Sauf en ce qui concerne le cas de N’Golo Kanté puisque l’été dernier, en apprenant que le joueur et son club snobaient les deux Olympiques pour rejoindre Leicester, les deux dirigeants ont déploré que le milieu de terrain préfère jouer le maintien avec les Foxes que le haut de tableau et l’Europe avec Lyon ou Marseille. On connait la suite. Difficile toutefois d’en vouloir aux dirigeants de l’OM et de l’OL, tout le monde pensait la même chose ou presque au moment où Kanté a rejoint Leicester, qui avait arraché son maintien en fin d’exercice la saison précédente. Mais cela n’empêche pas Xavier Gravelaine de remuer le couteau dans la plaie sur France Bleu Normandie. Le dirigeant caennais, chargé du recrutement et raillé comme le « Monchi du Calvados » par Vincent Labrune en début de saison, prend une belle revanche avec le titre de champion de Leicester, et estime que c’est bien fait pour Lyon et Marseille d’avoir été trop radin pour recruter Kanté. 

« Je ne connaissais pas énormément le club, j’ai rencontré les dirigeants de Leicester deux fois. J’ai trouvé une sérénité. Cela faisait huit mois qu’ils suivaient N’Golo Kanté. Moi qui ai une expérience anglaise, je disais à N’Golo «tu sais par respect, parce que tu es la priorité de Leicester, va rencontrer ces gens». Et ça a matché tout de suite. Mais des dirigeants français comme Jean Michel Aulas ou Vincent Labrune, quand il faut mettre de l’argent sur la table pour la vraie valeur du joueur, ils sont incapables de le mettre », a confié le directeur général de Malherbe, qui met en avant son expérience anglaise, en référence à son passage à Watford pendant deux mois, en 1999. Il n’en reste pas moins que, Leicester ayant offert 8 ME à Caen pour Kanté, le club anglais a surpassé d’assez loin les offres de l’OL et de l’OM, et que les deux clubs français peuvent s’en mordre les doigts.

Share