Le président de Caen s'interdit de rigoler avant les matches

Le président de Caen s'interdit de rigoler avant les matches

Photo Icon Sport

Placé en garde à vue il y a un an presque jour pour jour dans ce que l'on avait appelé l'affaire des matches supposés truqués de Nîmes, le président du Stade Malherbe de Caen a depuis été totalement blanchi dans cette histoire. Mais forcément Jean-François Fortin ne cache pas avoir été gravement touché par ces événements et en avoir retenu quelques leçons. Pour le patron du SMC, qui avait plaisanté avec le président de Nîmes au téléphone, ce qui lui avait valu bien des déboires, l'heure n'est plus aux blagues d'avant-match. « Si je suis un homme et un dirigeant de club différent ? Oui. Par exemple, je m’interdis sur les avant-matches de plaisanter avec mes collègues présidents, comme je pouvais le faire avant. Quand je reçois mes homologues dans les salons du stade, avant ou après les matches, je ne le fais plus en tête à tête. Je fais en sorte qu’il y ait systématiquement un collègue du Directoire ou un dirigeant avec moi », témoigne, dans Ouest-France, Jean-François Fortin, qui devra attendre un an avant de voir le dossier passer devant la justice civile afin d'être totalement tranquille avec cette histoire.

Share