Bordeaux : Toulalan salive déjà sur le duel avec l'OL

Bordeaux : Toulalan salive déjà sur le duel avec l'OL

Photo Icon Sport

Arrivé cet été en provenance de Monaco, Jérémy Toulalan continue son tour de France des clubs de Ligue 1 après Nantes et Lyon.

Le milieu défensif va apporter toute son expérience à l’effectif girondin, même s’il compte également aider le club au scapulaire à retrouver le chemin des titres et de l’Europe. Car il y a un temps pas si lointain, où Toulalan évoluait à Lyon, et où Bordeaux était le grand rival de l’OL, et ce jusqu'en quart de finale de la Ligue des Champions. Dans Sud-Ouest, l’international français avoue que cette période chargée de souvenirs ne le laisse pas indifférent.

« Des souvenirs ? Oui, j'en ai quelques-uns, notamment ce quart de finale de Ligue des Champions 2010 qui, avec Lyon, nous avait emmenés en demi-finale. Pour nous c'était bien, car on avait sorti le Real au tour d'avant. Bordeaux, à l'époque, était sur une bonne dynamique. J'ai plutôt de bons souvenirs avec Bordeaux ! Un mauvais souvenir, la Coupe de la Ligue 2007 ? Ah, oui ! En plus, c'est le seul trophée qui manque à mon palmarès. J'ai échoué deux fois en finale, une fois contre Sochaux (en 2004), une fois contre Bordeaux. Contre les Girondins avec l'OL, on avait plutôt le match en main mais Henrique met un beau but sur la fin. C'est dur de perdre ainsi, parce que l'on avait fait tout le jeu, on s'était créé les occasions. On avait vraiment une bonne équipe. Pendant un an ou deux, on s'est vraiment tiré la bourre avec Lyon. Bordeaux avait la plus belle équipe depuis celle de l'époque de Zidane et Lizarazu qui avait gagné contre Milan. Ce sont les deux équipes de Bordeaux qui m'ont marqué », a reconnu Jérémy Toulalan, qui aimerait voir les Girondins s’inspirer de la mentalité des grandes années lyonnaises.

« Tout est différent. Mais en qualité individuelle et technique, ça peut être plus fort que Lyon. Après, dans l'envie de gagner, il y a pas mal de choses à apprendre. Quand je suis arrivé à Lyon où j'étais très jeune, en sortant du centre de formation de Nantes, c'est là dessus que j'ai pas mal appris. Tous les joueurs, même à l'entraînement, avaient toujours envie de gagner Ils étaient tout le temps à se dépasser. C'est peut-être là que Bordeaux doit s'améliorer, dans le collectif et dans l'envie de gagner », a souligné le milieu de terrain, qui fait partie de ces joueurs, expérimentés et combattifs, capable de donner une nouvelle âme au Bordeaux de Jocelyn Gourvennec.

 

Share