Racisme, Daesh, les graves accusations de Boudjellal contre Benzema

Racisme, Daesh, les graves accusations de Boudjellal contre Benzema

Photo Icon Sport

Et dire que Didier Deschamps rêvait de l’union sacrée à 10 jours du début de l’Euro. C’est clairement manqué avec les polémiques sur sa liste et Karim Benzema a rajouté une pièce dans la machine avec ses déclarations à Marca, où il assurait que le sélectionneur national avait cédé à une partie raciste de la France en ne le prenant pas pour l’Euro. Le moment est probablement mal choisi, mais plus que le timing, ce sont les propos de l’avant-centre du Real Madrid qui ont fait réagir, et ont été plutôt désapprouvés. Tout le monde y va de son commentaire et Mourad Boudjellal s’est jeté dans la mêlée, lui qui est très impliqué dans le rugby, mais suit de près le football et estime bien évidemment que cette polémique touche un sujet de société qui va au-delà du monde du ballon rond. Toutefois, pour le président du RC Toulon, Karim Benzema a tenu des propos dangereux, notamment en ce qui concerne le message passé auprès des jeunes.

« Je crois que Benzema, sous la déception, a tenu des propos qui sont dangereux par les temps qui courent. Je crois qu’il n’a pas mesuré la dangerosité de ses propos parce que s’il souhaite devenir un fonds de commerce des recruteurs de Daesh, il ne fallait pas s’y prendre autrement. Ça veut dire qu’aujourd’hui sur des jeunes dans des cités qui sont en manque d’idéal bah ça devient un excellent exemple pour certains recruteurs, de leur dire « bah regarde, même si tu deviens le meilleur dans ton sport, comme au football, regarde Benzema, tu es rejeté, tu es raciste, on ne te prends pas en équipe de France ». C’est vraiment un appel à dire « révoltez-vous contre ce pays ». (…) Le sport est la représentativité de la société. Dans la société il y a du racisme, forcément on le retrouve dans le monde du sport. Il n’y a pas de raisons que l’on soit exempté de ça malheureusement. Vous savez, quand vous faîtes une équipe il ne faut pas forcément prendre les 26 meilleurs joueurs. Le sélectionneur se retrouve face à un puzzle où il essaye d’avoir des pièces qui s’assemblent bien ensemble, ça créer une équipe homogène et qui peut gagner des titres. Je pense que ce sont les seules considérations que Deschamps a prises en compte. La preuve, c’est le nombre de blacks dans son équipe », a lancé sur RTL un Mourad Boudjellal, qui va tout de même très loin dans ses propos, et ne fait en tout cas rien pour calmer une polémique dont les Bleus se seraient bien passés.

Share