Nasri en veut à Deschamps, et regrette Blanc chez les Bleus

Nasri en veut à Deschamps, et regrette Blanc chez les Bleus

Photo Icon Sport

Titulaire indiscutable chez le champion d’Angleterre en titre à 27 ans, Samir Nasri serait certainement présent dans la plupart des sélections mondiales à l’heure actuelle. Mais depuis le barrager aller de la Coupe du monde perdu en Ukraine à l’automne 2013, le milieu de terrain ne fait plus partie des plans de Didier Deschamps, et il l’a bien compris en annonçant sa retraite internationale cet été, alors que « DD » semble parti pour rester longtemps à la tête des Bleus. Sur BeIN SPORTS, le joueur de Manchester City est revenu sur son éviction, assurant qu’il avait tiré un trait définitif sur l’équipe de France, et avouant qu’il avait finalement apprécié le passage de Laurent Blanc entre 2010 et 2012, même si cela s’était plutôt mal terminé à l’Euro 2012. 

« Oui, c'est fini, même s'il y a un changement de sélectionneur. Mon rêve, depuis que je suis gosse, c'est de disputer une Coupe du monde. J'en ai raté deux pour différentes raisons. Mais pour moi ça reste quelque chose d'incompris. Deschamps ? J’ai essayé de discuter avec lui, mais il ne l'a pas souhaité. On a le même agent (ndlr : Jean-Pierre Bernès), ça pouvait faciliter les choses. Mais c'est son choix, je le respecte. Au départ, après la liste des 23 dévoilée pour le match amical contre les Pays-Bas en mars (2014), qui était la dernière avant le Mondial, j'ai une discussion avec Bernès pour savoir pourquoi je n’y étais pas. Il me dit qu'apparemment ça serait un problème de comportement.  Je propose d'arranger un rendez-vous pour qu'on puisse mettre les choses à plat. S'il y a meilleur que moi je l'accepte, c'est une Coupe du monde ! Tu fais des efforts, des sacrifices. La discussion aurait porté là-dessus. Laurent Blanc ? J'ai beaucoup aimé Laurent Blanc. Il m'a toujours fait confiance. Après de temps en temps, dans chaque relation, il y a des hauts et des bas, mais je l’ai toujours apprécié car c'est quelqu'un d'honnête. Quand il n'était pas content de moi, il le disait. Il y avait une relation honnête avec lui et Jean-Louis Gasset. Pour moi, c'est un super entraîneur », a expliqué l’ancien marseillais, dont le compteur en sélection devrait donc s’arrêter à 41 capes entre 2007 et 2013. 

Share