Les Bleus ont fini par faire craquer la Suède

Les Bleus ont fini par faire craquer la Suède

Photo Icon Sport

La France a copieusement dominé la Suède, mais ne s’est imposée que 1-0 grâce à un but de la tête de son capitaine, Raphaël Varane (1-0). Benzema a manqué un pénalty, symbole de Bleus qui peinent à mettre le ballon au fond. 

Pour son dernier match de l’année 2014, l’équipe de France se devait de finir sur une bonne note face à une formation suédoise privée de sa star Zlatan Ibrahimovic. Après le nul en demi-teinte face à l’Albanie, Didier Deschamps changeait ses batteries et notamment sur le plan offensif, avec les titularisations de Griezmann, Payet, Valbuena et Gignac. Cela donnait un début de match très rythmé, avec des bonnes intentions tricolore et une domination assez nette des Français. Mais, solides défensivement, les Suédois parvenaient à contenir les assauts, et les Bleus manquaient de précision. Kurzsawa animait le côté gauche avec plusieurs centres dangereux, mais Gignac était étouffé au cœur de la grande défenseur scandinave. Il fallait attendre la 31e minute pour voir les Français enregistrer leur plus nette occasion. Sur un beau service de Gignac, Griezmann manquait légèrement son contrôle alors qu’il allait se retrouver seul face à Isaksson, le Madrilène ne parvenant finalement pas à conclure (38e). Juste avant la pause, Mandanda se chauffait les gants avec une parade à ras de terre sur une reprise acrobatique de Thelin (41e). 

Après la reprise, le réveil offensif des Bleus était attendu mais c’était celui d’Isaksson qui était le plus impressionnant. L’ancien gardien de Rennes sortait du pied un tir à bout portant de Gignac (48e), avant de s’interposer sur un tir en angle fermé, mais qui prenait la direction du but, signé Griezmann (60e). Deux parades salvatrices qui laissaient les Suédois dans le match, eux qui ne parvenaient plus du tout à se montrer dangereux. Passée l’heure de jeu, les changements se multipliaient, ce qui tuait un peu le rythme, mais les Tricolores parvenaient à finir fort. Sur un corner obtenu par Digne, qui avait remplacé sous les sifflets un Kurzawa blessé à la cuisse, Varane plaçait une tête victorieuse au premier poteau (1-0, 83e). Dans la foulée, Benzema semait la zizanie dans la défense adverse, et obtenait un pénalty pour une main de Wendt. Mais l’attaquant du Real tirait en force au-dessus (86e). Le score en restait donc là malgré la copieuse domination, à tous les niveaux, de Français à qui il manque encore de l’efficacité pour mieux gérer ce genre de match. 

Share