La France met une valise, et s'envole pour le Brésil

La France met une valise, et s'envole pour le Brésil

Photo Icon Sport

Face à une équipe de Jamaïque très rapidement dépassée, l’équipe de France a déroulé un football offensif et efficace ce dimanche soir à Lille, avec une victoire 8-0 à la clé. Les Bleus, qui partent lundi pour le Brésil, bouclent une belle préparation avec le plein de confiance.

Le forfait de Franck Ribéry a clairement changé la donne en équipe de France, où Benzema a été aligné sur l’aile gauche, complétant une ligne d’attaque très polyvalente avec Valbuena et Giroud. Devant une formation jamaïquaine totalement hors du coup, à l’image de son gardien aux fraises sur la plupart des situations, cet arrangement tactique a totalement fonctionné. Rapidement, les Bleus prenaient possession du cuir, pour faire mouche tout aussi vite. Sur un ballon bien remisé par Giroud, Cabaye avait le temps de contrôle de la poitrine pour marquer en taclant à bout portant (1-0, 17e). Dans la foulée, sur une combinaison plein axe et une sollicitation de Benzema, Matuidi effectuait une frappe rasante au premier poteau, qui trompait un Barrett bien peu mobile (2-0, 20e). Le maigre suspense avait disparu, et les Tricolores travaillaient les automatismes, ce qui permettait à Benzema de profiter de son positionnement à gauche pour enrouler une frappe croisée qui faisait mouche (3-0, 38e). 

Après la pause, la différence entre les deux équipes était encore plus palpable, et chaque accélération française faisait mouche. Sur un centre parfait du gauche de Benzema, Giroud reprenait du pied droit pour marquer avec l’aide du poteau (4-0, 53e). En feu, le buteur du Real Madrid allumait la mèche avec un missile dans la première lucarne de son coté gauche (5-0, 63e). C’était ensuite au tour de Matuidi de s’offrir un doublé, avec un centre parfait d’Evra repris en demi-volée (6-0, 66e). Valbuena et Benzema manquait le 7e, mais ce n’était pas le cas de Griezmann, qui profitait d’une chute impromptue de Valbuena dans la surface au moment de conclure pour marquer de près (7-0, 77e). Le festival tricolore était ponctuée par ce même Griezmann, d'une Madjer devant le pauvre gardien jamaïquain (8-0, 88e). Bien évidemment, le score final était anecdotique mais le plein de confiance est indéniablement fait au sein d’une équipe de France qui a su se trouver offensivement face à un adversaire qui avait posé des soucis à d’autres mondialistes avant cela.  

Share