Pour Fékir, les sifflets, « c’est le foot »

Pour Fékir, les sifflets, « c’est le foot »

Photo Icon Sport

Pour sa première sélection, Nabil Fékir aurait pu rêver mieux. Le Lyonnais est entré en fin de match alors que la rencontre semblait déjà bien mal entamée pour la France, et cela s’est fait sous quelques sifflets du Stade de France. Pas de quoi chercher bien loin pour Didier Deschamps, qui a fait semblant de comprendre autre chose, avant de faire savoir qu’il ne fallait pas plus s’y attarder que cela. 

« Je ne sais pas si c’était réellement pour lui, parce qu’à un moment, il y a une ola qui n’est pas partie. Je ne vais pas accorder plus d’importance que cela à une minorité, voilà. Je ne vais pas faire de cas à part », a précisé le sélectionneur national. Une ligne directrice que le joueur a parfaitement suivi, lui qui a préférer se concentrer sur cette première sélection et son entrée en jeu. « Pour moi, cette première sélection était un moment fort, surtout contre le Brésil. J’espère maintenant avoir encore du temps de jeu contre le Danemark dimanche. J’ai beaucoup travaillé pour en arriver là et cela a payé. J’ai trouvé mon entrée assez bonne même si je n’ai pas eu beaucoup de ballons. Quant aux sifflets, ce n’est rien, c’est le foot, c’est comme ça », a expliqué l’attaquant lyonnais, qui sait que ses tergiversations sur sa sélection ont pu agacer quelque peu, même si au final, et qu’il n’en faut parfois pas beaucoup au public du Stade de France pour siffler un joueur. 

Share