Benzema, Deschamps, Payet, Ménès met les pieds dans le plat

Benzema, Deschamps, Payet, Ménès met les pieds dans le plat

Photo Icon Sport

A l’occasion de la liste des Bleus pour les deux prochains matchs, Didier Deschamps a tenté ce jeudi de se sortir de la situation délicate dans laquelle il se trouvait par un petit numéro d’équilibriste qui a failli virer au fiasco.

Après une annonce en préambule sur la situation des joueurs, le sélectionneur s’est refusé à tout commentaire tant que l’enquête ne sera pas terminée. Et pourtant, si Karim Benzema est officiellement blessé, et Mathieu Valbuena laissé au repos, la situation est tout de même aussi tendue qu’inédite, puisque les deux hommes n’ont pas le droit de se trouver dans un même lieu. Pour Pierre Ménès, il paraît inconcevable que l’on soit pour le moment aussi indulgent avec Benzema sur le plan sportif et du respect de cette fameuse charte du comportement, et qu’on continue de blacklister un certain Dimitri Payet, étincelant avec West Ham et parmi les meilleurs joueurs du championnat anglais. 

« J'ai suivi comme tout le monde et surtout pas mieux que tout le monde, tout ce qui s'est passé autour de l'attaquant des Bleus. Quand je ne dis pas mieux, c'est que je ne suis ni policier, ni enquêteur, ni avocat. Je n'ai pas accès au dossier, je constate simplement le résultat final. Après sa garde à vue, le Madrilène a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il a également interdiction de s'approcher de Mathieu Valbuena. Cela n'enlève bien sûr rien à la présomption d'innocence. Par contre, ça va poser problème dans ce qui nous intéresse vraiment : le plan sportif. Pour ce rassemblement des Bleus, le problème était réglé puisque Benzema est blessé. Il n'aurait quoi qu'il arrive pas joué les amicaux contre l'Allemagne et l'Angleterre. Didier Deschamps a par contre fait le choix de ne pas convoquer Valbuena pour le laisser souffler.

Au-delà de ça, le sélectionneur, que je trouve extrêmement tatillon sur certains cas et notamment celui de Dimitri Payet, met toujours en avant le comportement, l'entente dans le groupe, le vestiaire etc. Là, on a quand même des joueurs qui, au minimum du minimum, ne se comportent pas très bien. Ils ne sont en tout cas pas en adéquation avec la charte de l'équipe de France. Comme il n'y a rien de plus exaspérant que le fameux "deux poids, deux mesures", il va bien falloir que le sélectionneur soit mis en face de ses contradictions. Dans le cas présent, ce ne sont pas des contradictions sportives mais des contradictions au niveau de son autorité. Elle est totalement élastique et à la tête du client. Ce n'est pas supportable », a dénoncé le consultant de Canal+, qui ne comprend pas l’acharnement du sélectionneur à se priver de Dimitri Payet de manière systématique, peu importe ce que le joueur de West Ham réalise sportivement. 

Share