Pascal Praud digère mal la bière interdite pour PSG-Lille

Pascal Praud digère mal la bière interdite pour PSG-Lille

Photo Icon Sport

La décision prise par la mairie de Saint-Denis d'interdire la vente de bière dans l'enceinte du Stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue, samedi entre le PSG et le LOSC, n'est pas du goût de Pascal Praud. Comme d'autres, le journaliste d'Itélé et de RTL estime que ce choix sent la démagogie à bon compte. Et Pascal Praud d'appuyer là où ça fait mal.

« La mairie de Saint-Denis ne badine pas avec la bibine ! PSG-Lille se jouera à l’eau minérale. C’est le genre de truc qui m’agace, qui me fait regretter le monde d’hier, les spectateurs qui fumaient dans les cinémas ou les voyageurs qui clopaient dans les trains (…) Sans doute un fonctionnaire zélé, ou un ayatollah du bien boire comme il faut - le quotidien est rempli de ces gens qui veulent nous expliquer comment nous devons vivre - sera passé par là pour annuler ce qui était une possibilité de passer une soirée un verre de bière à la main. Il ne s’agit pas de vin, encore moins de whisky ou de cognac. Juste de la bière. 3° d’alcool. Eh bien, c’est non (…) Faut-il rappeler à ces messieurs les ronds de cuir que la bière est vendue quand les Rolling Stones ou Johnny chantent au SDF ? Le foot a le droit à un traitement de faveur. Tchin-tchin ! Faut-il préciser que la préfecture de Paris avait donné son accord, que c’était une façon d’arriver plus tôt au stade, histoire de passer un moment convivial, qu’une bière n’a jamais tué personne, que la finale de samedi est un moment festif, qu’on y vient en famille ou entre amis ? Les gens du rugby voient les choses différemment. A Rennes pour les demi-finales du Top 14, les spectateurs auront le droit de  boire ce qui est interdit à Saint-Denis. Ainsi vit-on en 2016. Les règlements pullulent, les interdictions foisonnent et la bêtise règne. A votre santé ! », balance, sur son blog, Pascal Praud, qui pourra cependant boire une bière dans les établissements situés juste à côté du stade, lesquels auraient fait entendre leur voix dans cette décision.

Share