Monaco s'offre un demi, Guingamp peut tousser

Monaco s'offre un demi, Guingamp peut tousser

Photo Icon Sport

L'AS Monaco s'est qualifiée pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue en battant Guingamp (2-0), mais les Bretons peuvent en vouloir un peu à l'arbitre qui a pesé dans le résultat final du match.

Devant des tribunes vides ou presque, l’AS Monaco n’a pas mis longtemps pour faire la différence contre Guingamp, et cela même si les Bretons avaient été proches d’ouvrir le score, Sankharé trouvant la barre du but de Stekelenburg (7e). Sur un centre de Ferreira-Carrasco, Berbatov reprenait de la tête au second poteau et ouvrait le score (1-0, 8e). L’En-Avant ne s’en laissait pas compter, et faisait le forcing pour revenir au score à l’image de cette frappe de Giresse (21e) ou de Pied (22e). Pire encore, seul au deuxième poteau, Sankharé réussissait à trouver encore le poteau alors que le but était grand ouvert et que l’égalisation semblait acquise (33e). Dans la foulée de cette action, Ricardo Carvalho marchait sur la main de Mandanne, qui en se relevant venait légèrement bousculer le joueur monégasque. L’arbitre se laissait abuser par la roulade spectaculaire de Carvalho et expulsait le joueur de Guingamp (35e). Et juste avant la pause, Monaco ratait de peu de prendre le large, Raggi manquant une reprise à bout portant (39e).

La seconde période était équilibrée, mais encore une fois Nicolas Rainville allait faire parler de lui, puisque l’arbitre ne sifflait pas un penalty consécutivement à une faute évidente de Kurzawa sur Beauvue (63e), ce qui évidemment agaçait les Bretons (64e). L’ASM remettait un petit coup de turbo, et Lössl mettait en échec Berbatov sur un duel (67e). Les Guingampais tentaient le tout pour le tout afin de revenir au score, et sur un centre d’Alioui, Giresse seul au deuxième poteau, ratait inexplicablement le cadre d’une reprise de la tête (79e).  Les dernières minutes se passaient devant le but monégasque, mais le club de la Principauté tenait bon et dans les ultimes secondes, sur un contre joué à 100 à l'heure, Martial doublait la mise et assurait la qualification des siens (2-0, 90e+3). Pour Guingamp, il y aura évidemment de gros regrets.

Share