Zidane tacticien et Di Meco l'ancien boucher, c’est trop pour Pierre Ménès

Zidane tacticien et Di Meco l'ancien boucher, c’est trop pour Pierre Ménès

Photo Icon Sport

Pour ce qui était le summum de la saison des clubs de football en Europe, la finale entre le Real et l’Atlético n’a pas forcément été un régal pour les yeux.

Le suspense était certes au rendez-vous, et il y a même eu moins d’accrochages qu’à l’habitude lorsque les deux voisins et rivaux s’affrontent. Mais entre les erreurs d’arbitrage et le coaching de Zinedine Zidane qu’il juge très peu convaincant, Pierre Ménès n’a pas mâché ses mots après la finale de la Ligue des Champions. Pour le consultant de Canal+, c’est aussi l’occasion de tacler Eric Di Meco, le consultant de Bein SPORTS ayant provoqué une petite polémique en fin de match, en félicitant Sergio Ramos pour sa grosse faute sur Ferreira Carrasco qui aurait pu (ou dû) lui valoir un carton rouge.

« A la fin du temps réglementaire, l’Atlético semblait peut-être un peu plus méritant. Pour deux raisons : d’abord parce que le but de Ramos est entaché d’un hors-jeu - et c’est quand même stupéfiant qu’en 2016, une finale de LdC puisse basculer sur une erreur comme celle-ci. Et puis parce que le même Ramos n’aurait pas dû terminer la rencontre après son tacle sur Carrasco en fin de match.

Alors j’aime beaucoup les supporters du Real et les consultants connus pour être d’anciens bouchers qui ont trouvé que c’était une « faute intelligente ». Why not… Du point de vue de Ramos, ça l’est en effet. Ce qui l’est moins, c’est que l’arbitre ne mette qu’un jaune pour un tacle par derrière qui est à la fois un acte d’anti-jeu caractérisé mais aussi un geste dangereux, avec la jambe de l’attaquant belge en porte-à-faux. A n’importe quelle minute et dans n’importe quelle zone du terrain, ce tacle-là doit valoir un rouge. Ces deux décisions majeures ont, pour moi, faussé le résultat », a dénoncé un Pierre Ménès qui n’est clairement pas un fan de la Zizou mania, et l’avait fait savoir cet hiver, raillant notamment l’écart de points entre le Real Madrid et le FC Barcelone et le fameux choc psychologique lié à son arrivée. Résultat, après le succès des Merengue, « ZZ » s’est fait rappeler qu’il avait eu chaud, sa décision de faire son troisième changement à la 75e minute ayant quand même surpris beaucoup de monde.

 « C’est curieux parce qu’à un moment donné, lorsqu’il avait déjà effectué ses trois changements à la 75e minute, il y avait pas mal de messages sur les réseaux sociaux disant que le coaching de ZZ était un peu étrange. Les mêmes qui, une heure plus tard, criaient au génie », a expliqué le consultant de Canal+, qui a tout de même vanté les qualités de gestion de Zidane, qui a maintenu un effectif starisé vers un objectif commun sans aucune fausse note dans le comportement.

Share