Monaco royal au bar de l'Emirates !

Monaco royal au bar de l'Emirates !

Photo Icon Sport

L’AS Monaco a signé un retentissant exploit ce mercredi soir en allant s’imposer 3 à 1 en déplacement à Londres contre Arsenal en huitième de finale aller de la Ligue des champions. La formation monégasque est en ballotage très favorable avant de recevoir les Gunners à Louis II.

On ne donnait pas cher de la peau de l’équipe monégasque au coup d’envoi puisque Leonardo Jardim, qui était déjà privé de Toulalan, suspendu, se passait de Raggi, Carvalho, Fabinho, Kurzawa et Ferreira-Carrasco, rien que ça. Et les premières minutes étaient inquiétantes pour le club de la Principauté pris à la gorge par Arsenal. Mais les Gunners n’apparaissaient pas dans un grand jour, et l’ASM desserrait assez rapidement l’étreinte. Cependant, les actions les plus dangereuses étaient quand même à mettre à l’actif des Anglais, à l’image de cette frappe de Sanchez qui frôlait la transversale de Subasic (32e). Mais, contre toute attente, sur le premier tir cadré de l’ASM, Kondogbia ouvrait le score, le joueur monégasque étant aidé par Mertesacker, qui détournait le ballon et trompait le pauvre Ospina (0-1, 38e). C’était le premier coup de tonnerre dans l’Emirates Stadium, et cela n’allait pas être le seul. 

En effet, dés le début de la seconde période, alors qu’Arsenal tentait de repartir à l’attaque pour rapidement égaliser, Fabinho initiait un contre, et Martial adressait une remise que Berbatov, sous la pression de trois défenseurs, reprenait victorieusement (0-2, 53e). Dans un stade pétrifié, l’ancien joueur de Tottenham se rappelait au bon souvent de ses « ennemis » londoniens. Le scénario était fou, et si Giroud manquait une occasion de réduire le score (57e), Monaco était tout proche de tripler la mise, Martial échouant de très peu à la conclusion d'un décalage de Moutinho (61e). Arsenal tentait bien de réduire l’addition, mais la formation d’Arsène Wenger était totalement hors du coup. Cependant, alors que la victoire 2-0 se profilait puisque l’on entamait le temps additionnel sur ce score, Oxlade-Chamberlain réduisait la marque d’une belle frappe enroulée (1-2, 90e1). Mais l’histoire ne s’arrêtait pas là et sur un service de Siva, Ferreira-Carrasco, entré en seconde période, marquait le troisième but de l’ASM, celui qui permet à la formation française de pouvoir rêver d’un quart de finale de Ligue des champions.

Share