Guingamp finit par craquer à Kiev

Guingamp finit par craquer à Kiev

Photo Icon Sport

L’aventure de l’En Avant Guingamp a pris fin à Kiev dans des conditions difficiles, avec une défaite 3-1 à la clé. Les Bretons ne sont pas passés loin de l’exploit, mais les Ukrainiens étaient un ton au-dessus. 

Auteur d’un petit exploit à l’aller avec une victoire 2-1 face à Kiev grâce à une double supériorité numérique, Guingamp savait qu’il serait extrêmement difficile de confirmer ce score en Ukraine. Même si le Dynamo était privé de trois titulaires, les locaux prenaient très rapidement le match en mains, et continuaient comme à l’aller à se montrer très agressifs, à l’image de cette très grosse faute de Rybalka sur Mandanne au bout de… 36 secondes de jeu. Les Bretons reculaient, mais tenaient jusqu’au coup de tête puissant de Teodorczyk sur corner, le Polonais marquant après s’être défait du marquage de Beauvue (1-0, 31e). 

Désormais éliminés sur l’ensemble des deux matchs, les Guingampais ne parvenaient pas à relever la tête. La preuve avec ce but dès la reprise. Sur un renvoi en catastrophe dans l’axe, Buyalsky plaçait une reprise de volée impeccable pour tromper Lössl (2-0, 46e). La qualification était bien mal engagée, mais c’était sans compter sur le cœur des vainqueurs de la Coupe de France. Sur une action rapide très précise, Beauvue tirait en force sur Shokovskiy. Le ballon repoussé revenait sur Giresse, dont la reprise était déviée dans le but par Mandanne, à l’extrême limite du hors-jeu (2-1, 66e). De quoi tout relancer, mais Kiev repartait à l’attaque. Seul devant, Teodorczyk mystifiait facilement Angoua et Diallo, qui faisaient faute en tenaille dans la surface, pour un pénalty transformé en force par Gusev (3-1, 75e). Dans le dernier quart d’heure, après une interruption en raison d’incidents dans les tribunes, Guingamp jetait ses dernières forces dans la bataille, et se créait deux dernières opportunités par Beauvue, sans la réussite qui caractérisait jusque-là l’En Avant dans cette compétition. L’épopée guingampaise s’arrêtait donc sous la neige de Kiev, avec une pointe de regrets forcément. 

Share